Initiative allemande BACKUP – Education en Afrique

Description du projet

Titre:  Initiative allemande BACKUP – Education en Afrique
Commande:  Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ)
Pays: Afrique
Durée globale: 2011 à 2020

Initiative allemande BACKUP - Education en Afrique. Écolière en Sierra Leone. © GIZ (Photo: Ronja Hoelzer)

Le contexte

Il y a 250 millions d’enfants dans le monde qui n’apprennent pas à lire, à écrire ou à faire de l’arithmétique, même si plus de la moitié d’entre eux fréquentent une école primaire. Environ cinquante-sept millions d’enfants, dont la plupart vivent en Afrique subsaharienne, ne vont pas du tout à l’école. Seul un jeune sur deux y fréquente le premier cycle du secondaire. En outre, on estime qu’en 2015, 26% des 774 millions d’adultes analphabètes dans le monde vivront en Afrique subsaharienne, contre 15% en 1990.

Malgré des progrès significatifs, de nombreux pays africains n’ont pas atteint les six objectifs du programme d’action pour l’éducation pour tous d’ici à 2015. Cela s’explique notamment par le manque de financement et le grand besoin des pays africains de développer davantage leurs institutions, leurs connaissances, compétences et structures afin de gérer efficacement les systèmes éducatifs nationaux.

Pour soutenir le programme d’action Éducation pour tous, le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) a été fondé en 2002. Les pays partenaires peuvent solliciter un financement du fonds multidonateurs pour élaborer et mettre en œuvre leurs stratégies nationales d’éducation. Les paiements sont liés aux stratégies nationales d’éducation et aux progrès de l’éducation. Cela nécessite que les gouvernements partenaires disposent d’un haut niveau de savoir-faire technique et engagent un grand nombre de personnel et de ressources.

L’initiative allemande BACKUP – Éducation en Afrique (BACKUP Education) a été créée pour améliorer l’accès des pays africains au financement international et garantir son utilisation efficace. BACKUP est l’acronyme de Building Alliances, Creating Knowledge and Updating Partners.

Objectif

Pour atteindre les objectifs de l’éducation internationale, les pays africains ont créé de meilleures conditions pour accéder au financement international et l’utiliser efficacement.

Salle de classe en Afrique © GIZ

Approche

BACKUP Education offre aux partenaires africains un soutien rapide, flexible et axé sur la demande pour éviter les goulots d’étranglement et combler les lacunes de financement lors de la demande et de l’utilisation des fonds du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE).

Les ministères africains de l’éducation et les organisations de la société civile peuvent demander le soutien de BACKUP Education sous différentes formes:

Aux niveaux international, régional et national, BACKUP Education travaille en étroite collaboration avec le Secrétariat du GPE, les partenaires donateurs, les organisations de la société civile et les institutions internationales de formation. Le programme régional a été cofinancé par la Direction du développement et de la coopération (DDC) de 2014 à 2017.

Résultats

Depuis 2012, BACKUP Education a aidé de nombreux partenaires éducatifs du gouvernement et de la société civile à créer les conditions nécessaires pour réussir à demander ou utiliser efficacement les financements du GPE. En février 2018, 186 demandes émanant de ministères africains de l’éducation et d’organisations de la société civile, couvrant des activités dans 39 pays africains, avaient été soutenues.

Un bon exemple démontrant l’effet de levier de BACKUP Education est son soutien au Soudan du Sud. En 2012, une demande de subvention du GPE en temps opportun a été menacée. Le soutien d’un consultant financé par BACKUP Education a permis au gouvernement du Soudan du Sud de soumettre les documents de candidature dans les délais et selon les normes de qualité. La subvention allouée de 36,1 millions USD est actuellement utilisée pour reconstruire le système éducatif du plus jeune État du monde. Environ 3 millions d’enfants et de jeunes d’âge scolaire entre 6 et 17 ans font partie des bénéficiaires de cette intervention.